Dylan Campbell reste invaincu !

Dylan Campbell peut etre heureux, du moins pour l’instant, qu’il toujours invaincu dans sa carrière de combattant. L’homme originaire de Lyndhurst est revenu ce dimanche dernier d’une visite d’un mois en Thaïlande où il s’est entraîné au muay thai.

Alors que Campbell s’est formé dans le sport depuis quelques années, il n’a jamais combattu dans un match. Cela a changé en visitant la Thaïlande, où il est entré et a remporté son premier match de Muay Thai avec une décision à trois arrêts le 26 juillet.

Campbell a étudié le taekwondo quand il était plus jeune, mais a renoncé à l’art martial à l’âge de 11 ans. Il n’a pas fait d’arts martiaux dans l’école primaire ou secondaire, mais lorsqu’il a été diplômé de Stuarts Draft et a quitté son collège à Fairfax, il a décidé de le reprendre l’entrainement.

« C’était juste une de ces choses dont j’avais envie », a-t-il dit.

Campbell est un responsable de la comptabilité junior à l’Université George Mason. En 2015, sa première année, il a trouvé une salle de gym à Fairfax et a commencé à apprendre le Muay Thai et le jiu jitsu brésilien.
Le jiu jitsu brésilien se focalise sur les luttes et les combats au sol. Campbell a apprécié apprendre ce sport, mais c’était du Muay Thai qu’il était vraiment amoureux.

Les écoles d’arts martiaux «un terrain d’entraînement pour la vie»
Le Muay Thai est parfois appelé la boxe thaïlandaise. C’est aussi l’art des huit membres, car il intègre les mains, les pieds, les coudes et les genoux. Les huit points de contact sont plus que ceux utilisés dans la plupart des arts martiaux traditionnels.
« En ce qui concerne la concurrence, le Muay Thai est plus que ce que vous attendez d’un combat de boxe ou d’un match de kickboxing », a déclaré Campbell. « Vous mettez des gants, vous y allez, trois rondes, trois à cinq tours. C’est un combat. »
Pendant son entraînement à Fairfax, il a découvert un camp de Muay Thai en Thaïlande. Il a imaginé l’été prochain qu’il aurait un stage et l’été suivant, il serait un nouveau diplômé du collège à la recherche d’un emploi.
Avant qu’il ne se souvienne trop du monde réel, Campbell pensait avoir passé cet été à étudier un sport dont il jouissait vraiment. Il pensait que c’était maintenant ou jamais.
« C’est un peu le voyage de tous les pratiquants de Muay Thai, ou du moins leurs rêves », a déclaré Campbell. « Pour se rendre en Thaïlande et s’entraîner ».

Campbell est arrivé en Thaïlande le 8 juillet et est retourné en Virginie le 6 août.

Pour les deux premières semaines et demie en Thaïlande, il restait juste à l’extérieur de la capitale, Bangkok, il a dit que c’était à peu près manger, dormir et s’entraîner.

« C’était le meilleur mois de ma vie », a-t-il déclaré.

Environ une semaine après Campbell a demandé à son entraîneur de lui trouver un combat. Étant donné que le sport est tellement populaire dans le pays, cela n’aurait pas été un problème, mais le problème était le poids de Campbell. Il tourne la balance autour de 178 livres. La plupart des combattants thaïlandais sont environ 40 livres plus légers.

« Ils sont généralement plus petits, en particulier les combattants », a déclaré Campbell. « Ces mecs sont des vrais musclés . Ils n’ont pas beaucoup de poids supplémentaire sur eux ».

Pour les six jours suvant, il n’a pas entendu parler du formateur. Dans l’intervalle, il a décidé de se faire un tatouage traditionnel de saké thaïlandais. On croit qu’il s’agit d’un tatouage magique et qui se compose souvent de motifs géométriques, animaux et divinités. C’est fait avec une longue tige en métal aiguisée à un point.

« C’est presque comme un bâton et un poke », a déclaré Campbell, qui a fait le tatouage sur son dos, et à l’épaule gauche. « C’est assez douloureux. Je n’ai pas fait de tatouage avec un pistolet de tatouage, mais on m’a raconté que pour des gens qui étaient là comme moi que cela est un peu plus pénible ».

Plus tard cette nuit-là, un lundi, Campbell a par son entraîneur qu’il va se battre dans 48 heures. Cela a soulevé un problème. Il était censé se reposer pendant un jour pour laisser cicatriser le tatouage.

« Je n’avais pas le choix », a déclaré Campbell. « Je me suis levé le lendemain matin et je suis allé m’entraîner ».

Le mercredi, il a pris un taxi à Bangkok et est allé combattre.

« C’était un peu écrasant, en particulier après eu juste deux jours pour se préparer mentalement », a-t-il déclaré.

Une heure avant le combat, Campbell a trouvé un endroit pour s’asseoir sur un quai. Il a regardé la rivière et a essayé de se calmer avant d’entrer dans le ring.

« J’étais juste concentré », a-t-il dit. « Entrez dedans, faites ce que vous devez faire et sortez. »

L’adversaire de Campbell était un compatriote américain, environ trois pouces plus court, mais plus solide que Campbell.

Avant le combat, les adversaires de Muay Thai font généralement un rituel appelé Wai Khru. Campbell l’a décrit comme une sorte de danse. Il avait appris une version de cinq minutes par ses entraîneurs.

« C’est assez attirant », a-t-il dit. « Ils le prennent très au sérieux. C’est un spectacle ».
Mais le Wai Khru de son adversaire n’a pas duré longtemps. À un moment donné pendant le rituel, Campbell s’est rendu compte que son adversaire avait fini.

« Je suis encore à la moitié de ça », a-t-il dit. « Je faisais essentiellement comme un mouvement de grue devant les cordes, face au public. Je faisais presque comme un mouvement de grue comme au Karate Kid, et j’ai réalisé qu’il s’était arrêté. J’avais encore deux minutes à faire, donc je ramassé ça et me suis retourné dans mon coin.  »

Une fois que le combat a commencé, c’était trois tours, trois minutes chacun. Campbell voulait rester léger et continuer à bouger. Le répertoire de son adversaire était lourd de boxe. Il a envoyé quelques crochets et un uppercut ou deux sur la mâchoire de Campbell. Ceux-ci ont mis Campbell dans la douleur pendant deux jours après le combat.

Mais Campbell était plus rapide que l’autre gars et ça a commencé à payer. Après le premier tour même quand Campbell lui a asserné plusieurs coups de pied, les coups de pied corporels qui sont propres valent plus de points; Campbell a commencé à prendre le contrôle du combat. Son adversaire s’est fatigué.

« Je lui ai lancé quelques genoux au premier tour et il n’a vraiment pas répliqué », a déclaré Campbell.

Après avoir vu cela, Campbell a lancé plus de genoux. Il a également asserné un coup de coude qui a fait des dégâts. Il a lancé un coup de pied gauche qui a contré le coup de coude de son adversaire. Cela a également laissé la cheville douloureuse pendant quelques jours.

Mais après le premier tour, Campbell était au commandement du combat. Il savait qu’il gagnait des points et, lorsque le combat a fini, il a été déclaré vainqueur.

« Après cela, c’était vraiment drôle, les gens qui regardaient commencèrent à venir me prendre en photos, beaucoup d’entre eux », a déclaré Campbell. « Je ne sais pas exactement pourquoi. Je soupçonne que c’est parce que je suis un Occidental. Je suppose que je ne suis pas de la norme de là-bas.

« Et peut-être qu’ils ont apprécié le combat », a-t-il déclaré. « J’aimerais penser que cela faisait partie du jeu, que j’ai fait un très bon spectacle ».

Maintenant qu’il est de retour aux États-Unis, Campbell se prépare à retourner à George Mason. Il voudrait trouver plus de combats et parler à ses entraîneurs à Fairfax de cette possibilité.

« J’essaierai de gérer quelque chose dès que possible », a-t-il déclaré. « Je vais probablement essayer de me battre en octobre ou quelque chose du genre parce que je suis dans la meilleure forme de ma vie ».

Share This: